PCSCP
Pour les Chambaran SANS Center Parcs

Communiqué du 5 octobre 2014

dimanche 5 octobre 2014

Ce communiqué fait suite à l’événement organisé les pro Center Parcs à Roybon le 5 octobre 2014 :

Cet événement, organisé par le Maire de Roybon, n’est que la suite logique d’un entêtement, d’un aveuglement à poursuivre ce projet par trop inacceptable.

Passons sur la farce de la présentation au CODERST, du dossier « Loi sur l’eau » qui s’est vu poser, à la hâte, des rustines après passage en enquête publique, dans le but d’être légitimé par la Préfecture, afin qu’elle impose ce projet à tous et ce, malgré l’avis majoritairement négatif des citoyens qui se sont exprimés lors de cette enquête, et surtout malgré l’avis des 3 commissaires enquêteurs.

Alors que le dossier est en attente de décisions, puisque devraient être officialisés des arrêtés préfectoraux (autorisation de destruction des espèces protégées, autorisation au titre de la loi sur l’eau) et la décision du Tribunal administratif, concernant l’assainissement du Center Parcs que nous avons attaqué l’année dernière, ce rassemblement nous fait évidemment poser question.

Que tente Monsieur PERRAUD de démontrer ? Que les citoyens à l’enquête publique n’étaient pas de vrais citoyens ? Ce regroupement d’élus, nous le connaissons depuis le début.

Il s’agit d’une scènette qu’ils se jouent entre eux depuis le début, que l’on pourrait nommer « Petits meurtres entre amis » ou comment faire gober à tout le monde que l’implantation d’une bulle tropicale avec piscine en pleine forêt, sur une zone humide, sur des sources, sur une aire d’alimentation de la nappe phréatique, avec pour moitié des emplois à 240 euros/mois serait du développement durable !

Avec la FRAPNA Isère qui vient d’annoncer qu’elle rentrait dans l’arène des recours en justice, peut-être finalement, que ce rassemblement témoigne du fait qu’ils ne sont pas si sûrs de l’issue de ce dossier et qu’ils s’en inquiètent.
Et c’est à juste titre, car notre association compte bien aller jusqu’au bout, par tous les moyens dont elle disposera. Nous avons officialisé en Conseil d’Administration d’attaquer les 2 arrêtés qui vont arriver ainsi que l’opération de vente des terrains par la commune de Roybon à Pierre & Vacances pour une somme modique (30cts d’euros le m²).

Nous sommes actuellement en train de préparer avec notre avocat, le premier mémoire contre le futur arrêté de destruction des espèces protégées.
Le dossier est donc loin d’être bouclé et nous avons bon espoir de faire annuler définitivement ce projet.

Stéphane PERON
Président de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs »