Vous êtes ici : Accueil du site
Signez la pétition ! ( Actuellement 8000 signatures )

Pour lire le bulletin de Février 2014, cliquez ICI

 Le numéro 2 - Mai 2013 Le numéro 3 - Février 2014
Editorial

Le CODERST, sous l’autorité du Préfet, s’est réuni le 25 septembre dernier pour donner un avis positif au dossier Loi sur l’eau du Center Parcs.

Cette position regrettable n’est pas étonnante en soi, quand on apprend la composition de cette commission.

En effet sur 19 présents, 4 se sont positionnés CONTRE : FRAPNA, SERA, Françoise Cloteau ( à féliciter pour son courage d’élue ) et la Fédération de Pêche de l’Isère.
Merci à eux.

Il y a une 1 abstention : Air Rhône Alpes, car nulle part la qualité de l’air n’a été prise en compte, et cet organisme craint la circulation sur ce massif (personnellement, je trouve cette position bizarre).

Pour le reste, concernant les 14 POUR, il y avait notamment :
- 6 représentants de l’Etat, "au garde à vous" du Préfet
- 2 représentants du Conseil Général de l’Isère, partie prenante du projet
- 2 représentants de la chambre de commerce et d’industrie et de la chambre des métiers et de l’artisanat qui sont exclusivement pour l’activité économique.

Ce qui signifie que par avance, dans cette farce de consultation, malgré nos courriers dénonçant factuellement ce scandale du Center Parcs, et malgré le rapport accablant de la commission d’enquête, tout était déja joué !

Il peut sembler désespérant que, malgré les conséquences environnementales et financières gravissimes qu’entraînerait ce projet, des "esprits étroits", qui ont force de décision, se refusent à changer de cap.

Ces mêmes esprits auraient gobé qu’un promoteur puisse résoudre en un mois tous les problèmes majeurs relevés dans l’enquête publique pour cette installation de ville de 5600 habitants sur une zone humide ? De qui se moque-t-on ?

Il est tellement plus rassurant d’obéir aveuglément à une hiérarchie (le Préfet) ou un groupe de pression (politique, financier) en reniant ses valeurs de coeur, de conscience pour garder son poste, son statut social dans la société...

Et c’est malheureusement ce type de personnes qui compose beaucoup de notre monde et il faut faire avec mais, en leur laissant le minimum de pouvoir ...

C’est justement le rôle que nous jouons en éveillant les consciences et en nous opposant ainsi à ce projet.

Le Préfet va maintenant rendre sa décision ... Va-t-il intégrer les résultats de la consultation démocratique de l’enquête publique à savoir que la grande majorité des personnes qui se sont exprimées sont CONTRE ce projet ? Et sur le fond, aura-t-il plus de conscience et de courage que ceux qui sont "à sa botte" ?

A suivre ...

Le président
Stéphane PERON

****


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette