PCSCP
Pour les Chambaran SANS Center Parcs

Communiqué de presse du 10 juillet 2020


Mis à jour le vendredi 10 juillet 2020

*« D’abord ils vous ignorent, puis ils se moquent de vous, ensuite ils
vous combattent, et à la fin vous gagnez ** ** »
** ** (Gandhi)

La presse a fait un large écho à l’annonce par G Brémond, le Pdg de
P&V, de l’abandon de son projet d’implantation d’un Center-Parcs dans
les Chambaran. Il s’en est expliqué notamment dans une interview
publiée par « Les Echos », le 8 juillet dernier.
C’est bien sûr une victoire pour nos adhérents et sympathisants, qui
nous conforte dans la stratégie menée pendant plus de 10 ans face à un
groupe qui a fait de l’immobilier de loisirs son cheval de bataille, et
qui renonce à un projet à 390 M€, après avoir épuisé tous les
recours possibles, et tenté de discréditer notre association et
l’ensemble des opposants au projet.
Dans ses déclarations à la presse, Monsieur Brémond, après avoir
rappelé son « engagement en faveur d’un tourisme responsable et durable
 », invoque pêle-mêle des « changements de réglementation, les (trop)
nombreuses autorisations administratives concernant le défrichement, le
permis de construire, la préservation des espèces, la lenteur de la
justice, les zadistes… ». Pour ce qui est de la lenteur de la justice,
Monsieur Brémond oublie tout simplement qu’il a déposé tardivement le
dossier central « loi sur l’eau » en 2014, au moment où la commission
d’enquête émettait un avis défavorable sur l’ensemble du projet. Il
passe également sous silence les nombreux recours que ses avocats ont
initiés aux fins de minimiser les surfaces de zones humides menacées
directement par le projet, jusqu’à solliciter en dernier lieu
l’arbitrage du conseil d’Etat qui l’a désavoué. L’abandon du
projet de Roybon est donc avant tout dicté par des considérations
pratiques, à savoir une situation juridique et une impasse économique
intenables plus longtemps par le groupe.

C’est aussi un démenti cinglant et une leçon de modestie imposés aux
élus de tout bord qui ont, au départ, « vendu » le projet à la
population locale en lui faisant miroiter des retombées économiques
conséquentes, tout en se gardant bien d’en mentionner le coût
environnemental exorbitant. Les subventions et les contrats de prise en
charge des coûts « indirects » signés à la va vite par les
collectivités régionales n’auront pas suffi pour neutraliser
l’opposition à un saccage programmé.

Pour autant, le terrain appartient toujours à P&V, ce qui doit nous amener
à rester vigilants sur les intentions de son propriétaire. PCSCP restera
donc mobilisé tant que les quelque 200 Ha du projet n’auront pas été
sécurisés (et remis en état suite au défrichement) au regard de la loi
sur l’eau. Il en ira de même en cas de menace environnementale sur les
Chambaran en général, et le bois des Avenières en particulier, qui,
encore une fois, constituent une zone stratégique pour l’eau et la
biodiversité.
L’interview de Gérard Brémond le jeudi 9 juillet sur France-Inter au
journal de 13 :00 est un concentré de contre-vérités et de mensonges sur
les raisons réelles de son abandon du projet. Il n’hésite pas, en
effet, à accuser de tous les maux les zadistes, et s’embrouille dans le
dossier juridique en confondant permis de construire et « loi sur l’eau
 » ! Il désarçonne ensuite le journaliste qui l’interroge sur les
conséquences de cette mauvaise nouvelle pour P&V, en répondant qu’au
contraire le groupe développe partout en France et en Europe des projets
dans la plus parfaite harmonie avec les collectivités et les populations
locales ! Entretemps, il a pu replacer ce gros mensonge plusieurs fois
dénoncé par PCSCP concernant le chômage dans le canton de Roybon, qui
n’est, selon l’INSEE pas supérieur à la moyenne enregistrée sur
l’ensemble du territoire national.
On n’en est plus à un mensonge près. Mais il ne suffit pas de verdir
ses déclarations pour accéder au statut d’écologiste et de défenseur
de l’environnement.
PCSCP


Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Nos réseaux

Version imprimable de cet article Version imprimable