PCSCP
Pour les Chambaran SANS Center Parcs

Pétition commune et action à Dijon/Train Climat : des opposants aux Center Parcs se rassemblent

par PCSCP David.
Mis à jour le mercredi 21 octobre 2015

Le Bilan carbone® des Center parcs, cible d’une pétition sur Change.org.

A l’heure de la COP 21, plusieurs groupes s’unissent et appellent à l’arrêt des projets d’implantation de 3 nouveaux Center Parcs, vastes complexes d’attractions aqualudiques avec bulles et piscines « tropicales » chauffées à 29° toute l’année, responsables d’un taux élevé d’émissions de gaz à effet de serre et autres impacts environnementaux.


JPEG

Opposés au Center Parcs projeté dans leur communauté respective,le collectif Le Geai du Rousset (Le Rousset, Saône-et-Loire), et les associationsLe Pic Noir (Poligny, Jura) et PCSCP (Pour les Chambaran Sans Center parcs) à Roybon (Isère) ont annoncé conjointement le lancement d’une pétition sur Change.org au titre évocateur de « Center Parcs : dangereux pour le climat ! ».
Ils souhaitent ainsi collecter suffisamment de signatures pour interpeler le gouvernement et obtenir que soit intégrée aux débats de la COP 21 la question de la prolifération sur le territoire de ces larges parcs d’attractions, dont l’impact sur le réchauffement climatique global est irresponsable au regard des solutions que chacun s’évertue à trouver.

Les Center parcs sont des centres d’attractions aqualudiques parachutés en pleine nature, entourés de bungalows loués pour de courts séjours. Ce sont des bulles tropicales chauffées à 29°C toute l’année.
C’est aussi, totalisant pour les 3 projets :

  • Des émissions massives de gaz à effet de serre (env. 47.566 Tonnes équivalent CO2), un bilan carbone® catastrophique dû en grande partie aux plus de 100 millions de kms parcourus par les clients chaque année,
  • La destruction de 160 hectares de forêts et plus de 100 ha. de zones humides,
  • Le gaspillage de 13.000 tonnes de bois par an pour le chauffage des bulles, soit l’exploitation de 2829 hectares/an, ou une pile de bois de 1 m. par 1 m. par 23 km. de long.
  • Avec déjà 5 Center Parcs construits en France, Pierre & Vacances, fort de l’appui financier des collectivités, d’une fiscalité favorable et du soutien d’élus locaux, multiplie ses projets d’implantation, dans l’Isère, le Jura, le Lot-et-Garonne et la Saône-et-Loire, sans oublier le projet pharaonique de Seine-et-Marne avec 5500 bungalows sur 540 ha.

La coalition Pic Noir-PCSCP-Geai du Rousset dénonce la multiplication de ces parcs de loisirs énergivores, au concept périmé et à l’opposé de ce qu’il faudrait mettre en place. « A l’heure où se tient la COP 21 », s’interroge Eric Daillie, membre du collectif Le Geai du Rousset, « ces projets ne sont-ils pas l’archétype de ce qu’il convient de condamner ? N’illustrent-ils pas l’incapacité de notre pays à s’appliquer des règles qu’il s’apprête à recommander au reste du monde ? »

La coalition demande un moratoire sur les projets Center Parcs et le retrait de leur financement par les collectivités locales ; elle souhaite être associée à une recherche d’alternatives de développement rural plus conformes aux enjeux du réchauffement climatique.

PDF - 184.2 ko
Communiqué de presse sur pétition sur le bilan carbone des Center Parcs

Ce communiqué en PDF :

- Le collectif Le Geai du Rousset
- Association Pour les Chambaran Sans Center Parcs (PCSCP)
- Association Le Pic Noir


Opposants aux Center parcs s’invitent au Train du Climat en gare de Dijon

JPEG
A l’occasion de la halte du Train du Climat à Dijon le 9 Octobre, deux groupes opposés aux projets de Center parcs dans les régions de Bourgogne et de Franche-Comté lancent un débat national sur le bilan carbone de ces vastes complexes immobiliers et touristiques qui prolifèrent sur le territoire.

En venant à la rencontre du Train du climat, le collectif Le Geai du Rousset, opposé au projet de Center parcs au Rousset (Saône-et-Loire), et l’association Le Pic Noir, opposée à un projet identique à Poligny (Jura), souhaitent engager un dialogue avec les experts climatiques présents pour l’événement sur l’aberration climatique et écologique que représentent les Center parcs, le gaspillage insensé des ressources naturelles et le bétonnage aveugle du territoire.

Les deux groupes annoncent à cette occasion l’engagement de porter leur message jusqu’à la COP 21 en Décembre à Paris, initialement par une pétition en ligne sur Change.org au titre explicite « Center parcs : dangereux pour le climat ». Avec suffisamment de signatures, Le Geai du Rousset et Le Pic Noir, en coalition avec Pour les Chambaran Sans Center Parcs, de Roybon (Isère), comptent peser sur les pouvoirs publics au cours des débats de la COP 21 pour que soit adressée la problématique posée par ces grands projets inutiles, responsables d’un taux élevé d’émissions de gaz à effet de serre.

La pétition cherche aussi à sensibiliser les consommateurs. « Il faut revoir les loisirs, revoir le rapport ville-ruralité, revoir les déplacements longs, revoir le bonheur ici et maintenant », déclare Eric Daillie, membre du collectif Le Geai du Rousset. « Ce gaspillage insensé de nos ressources naturelles met les générations futures en péril. On se doit d’ouvrir les yeux et de mettre un terme à cette fuite en avant consumériste financée par les collectivités locales sous couvert d’un chantage à la croissance et à l’emploi ».

La coalition demande un moratoire sur les projets Center Parcs et le retrait de leur financement par les collectivités locales ; elle souhaite être associée à une recherche d’alternatives de développement rural plus conformes aux enjeux du réchauffement climatique.

PDF - 214.2 ko
Communiqué de presse sur l’action à Dijon lors du passage du train climat

Ce communiqué en PDF :

- Le collectif Le Geai du Rousset
- Association Le Pic Noir

Portfolio


Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Nos réseaux

Version imprimable de cet article Version imprimable