PCSCP
Pour les Chambaran SANS Center Parcs

Lettre d’une élue en réponse à la propagande de soutien à Center Parcs

par PCSCP David.
Mis à jour le lundi 15 décembre 2014

Nous vous communiquons ici une lettre envoyée le 5 décembre par une élue mécontente à une liste d’élus pro Center Parcs

Mesdames et Messieurs nos responsables politiques,

Je viens de trouver sur ma messagerie un énième discourt de propagande concernant votre soutien pour le projet Center Parc. Mais ce dernier ne peux me laisser indifférente compte tenu de la violence de vos propos. J’essaie de comprendre vos idéaux mais nous semblons être à mille lieux les uns des autres bien que nous soyons tous unis par notre fameuse communauté de commune.

Je vous cite : « où est la démocratie quand on met sur le même pied (sous entendu d’égalité…) le point de vue des manifestants qui ne représentent qu’eux-mêmes (oups !) et celui d’élus du suffrage universel qui représentent leurs citoyens ? » Je ne fait pas (encore) parti des manifestants mais il me semble que quelques (« simples » dois-je ajouter ?) élus locaux sont sur place pour justement défendre l’intérêt communautaire. Je continu de vous citer : « Qui détient la légitimité pour choisir et décider entre le refus selon la rue et le projet selon la loi ? Tiens donc c’est beau ça ! Ne parliez vous pas dans un précédent mail de Démocratie et de République ? Faite l’association des deux ; c’est choquant non ? Je tiens à vous rappeler Messieurs et Mesdames les Grands politiques élus au suffrage universel que ce qui gêne énormément les citoyens de la rue c’est qu’en autre ce Center Parc est en parti financé par de l’argent publique qui est justement largement ponctionné à ces citoyens…de la rue. Je développe : les frais de cantine pour nos enfants ne cessent d’augmenter, depuis quelques années les transports scolaires sont à la charge des parents, l’APA pour nos ainés diminue, les subventions accordées aux (petites) municipalités régressent comme une peau de chagrin, la réserve parlementaire boit le bouillon etc. La rue a peut être raison de se manifester ! Et le fameux « projet selon la loi » Quelle loi ? Faites-vous référence à la loi sur l’eau que vous avez bafouée ?

Voilà mesdames et messieurs nos politiques, si nous voulions réellement développer le tourisme dans notre beau pays des Chambarans ne serait il pas plus raisonnable d’offrir aux visiteurs le vrai visage de notre région avec ses forêts endémiques et laisser les palmiers et autres ambiances tropicales là où elles se trouvent réellement ?

Donnons peut être les moyens aux citoyens qui le désirent de faire de l’accueil à la maison pour un Vrai tourisme qui lui, développerait l’économie locale.

Afin de ne plus heurter ma susceptibilité je vous serais gré de retirer de votre répertoire mon adresse électronique pour des envois de la sorte.

Cordialement

Magniat Mireille, conseillère municipale SE élue au suffrage universel par les citoyens des rues de Lentiol.


3 Messages

  • Lettre d’une élue en réponse à la propagande de soutien à Center Parcs Le 11 décembre 2014 à 18:46, par Préfix

    Ca fait du bien de lire que la caste des Zélus n’est pas composée uniquement que de Zèlés.

    Répondre à ce message

  • Lyon-Turin, Notre-Dame-des-Landes, Center Parcs Roybon -> le mantra de la « légalité » Le 11 décembre 2014 à 20:06

    Liaison Lyon-Turin, grand projet inutile par excellence

    Résistance dans la vallée

    Tué par une grenade de la gendarmerie près de Sivens, le militant écologiste Rémi Fraisse s’opposait à un barrage emblématique d’une dérive productiviste. L’entêtement à défendre un modèle d’aménagement suranné se heurte à des mobilisations de plus en plus fortes, comme dans le val de Suse, en lutte contre le projet de liaison ferroviaire entre Lyon et Turin.

    - Le Monde Diplomatique, Serge Quadruppani, décembre 2014.

    Coteaux plantés de vignes en espalier, hameaux aux vastes toits de lauze, coulées de pierraille, rudesse des pics de roche nue, intensité du ciel : en ce point, vers le haut de la vallée, le panorama pourrait être exaltant. Un sentiment d’oppression l’emporte au contraire. Car ce qu’on vient de décrire n’existe plus qu’à l’état résiduel, dans le tiers supérieur du champ de vision. Tronçonné par l’autoroute, découpé par ses piliers hauts comme des immeubles de huit étages, le reste du paysage consiste en une terre mille fois retournée : baraquements, grillages, le tout peuplé uniquement de patrouilles militaires. Très rarement, un véhicule dechantier apparaît, surgi de ce qu’on devine être l’entrée d’un tunnel.

    Plusieurs kilomètres de galeries ont déjà été creusés de part et d’autre de la frontière pour reconnaître les couches géologiques. A certains détails, le malaise s’accroît encore : un sigle de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur des véhicules, qui signale la présence de troupes rapatriées d’un de ces théâtres d’opérations où l’Occident se confronte avec le reste du monde, ou bien cette enceinte qu’on sait bâtie par une entreprise aux mains de la Mafia calabraise (1), avec ses rubans d’acier tranchant et ses blocs de béton qui rappellent les contrées en guerre civile. Il faut approcher à pied le chantier de Chiomonte pour [comprendre l’agression subie par le val deSuse, en Italie, [et la résistance que lui oppose la population depuis plus de vingt ans.

    (...) Mais l’accent mis à l’origine sur le bruit révèle une dimension particulière des lieux. La vallée principale est d’une étroitesse qui rend d’autant plus violent l’impact du projet sur un environnement déjà saturé d’infrastructures (autoroute, lignes à haute tension, voie ferrée). La géographie n’est pas non plus étrangère à l’homogénéité de ce qui reste une communauté montagnarde. De l’ autre côté de la frontière, l’industrie et le tourisme ont depuis longtemps dissous les liens traditionnels, d’où le contraste entre l’impressionnante ampleur du mouvement anti-TAV italien et la discrétion de son homologue français.

    (...) Car, très vite, les camps se sont bien délimités. D’un côté, les partis degouvernement : de la droite, avec ses télévisions, à la post-gauche néolibérale du PD, avec ses journaux et intellectuels qui ont désormais pour unique pensée politique le mantra de la « légalité ». De l’autre, les collectifs formés contre des aménagements imposés – pont sur le détroit de Messine ou bateaux de croisière qui détruisent la lagune vénitienne -, auxquels viennent s’ajouter les étudiants et les précaires refusant la énième réforme néolibérale, les ouvriers métallurgistes luttant contre la destruction du droit du travail, les mal-logés occupant des maisons vides, sans oublier la solidarité internationale avec Notre-Dame-des-Landes ou les antinucléaires. (...)

    http://iostoconerri.net/2014/11/29/liaison-lyon-turin-grand-projet-inutile-par-excellence-resistance-dans-la-vallee/

    - Source : Le Monde Diplomatqique

    Répondre à ce message

  • Lettre d’une élue en réponse à la propagande de soutien à Center Parcs Le 13 décembre 2014 à 05:56, par ullulu

    Ce qui plombe l’économie française c’est le poids des impôts, énorme poids qui réduit le pouvoir d’achat des ménages qui, par voie de conséquence, freine la consommation vers les petites et moyennes entreprises (lesquelles sont à leur tour hypertaxees) ... cercle infernal.
    Beau texte d’indignation de cette conseillère municipale mais qui se fait des noeuds sur la fin car l’idéal serait de supprimer TOUTES les subventions. Y compris celles accordées aux associations.
    Quant à la réserve parlementaire elle est anticonstitutionnelle, cela a été démontré par un simple citoyen Hervé Lebreton président de l’association pour une démocratie directe, laquelle ne fonctionne qu’avec les adhésions de ses membres.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Nos réseaux

Version imprimable de cet article Version imprimable