PCSCP
Pour les Chambaran SANS Center Parcs

De Fourogue... à Sivens : un même entêtement devenu mortifère

Note de synthèse - « Pour éclairer l’avenir... »

par PCSCP David.
Mis à jour le lundi 17 novembre 2014

Nous communiquons ici un texte très éclairant sur les méthodes des aménageurs, et notamment de la façon dont ils s’accommodent volontiers de la légalité et de la justice, pour ensuite se permettre de dénoncer des opposants (comme le fait Mr Carcenac) qui seraient selon eux anti-démocratiques, voire quasi-terroristes !
Or, ce texte, parmi d’autres, montre en fait que les non-démocratiques et illégaux sont plutôt du côté des aménageurs et autres décideurs...!

- Lire le Texte complet en PDF
Source

voici les conclusions de ce texte :

Sivens : copier-coller de Fourogue

La similitude entre les deux dossiers est grande :

  • même type d’ouvrage et même finalité ;
  • même logique de fuite en avant dans la mobilisation de la ressource en eau ;
  • mêmes acteurs : CG 81 et CACG ;
  • même président à la tête du CG ;
  • même implication du milieu associatif : critiquer de façon constructive et faire des propositions alternatives ;
  • même entêtement des autorités politiques et administratives ;
  • même passage en force, sous couvert de démocratie, pour la réalisation des travaux, avec les conséquences que l’on sait à Sivens !

Constat édifiant et consternant. En 17 ans, aucune évolution ! Les orientations et méthodes des décideurs restent les mêmes. Mais ce qui était encore possible à la fin du XXème siècle ne l’est plus en 2014.

Pour avancer...

Nous posons trois questions :

  • à quoi servent les enquêtes publiques ?
  • à quoi servent les décisions de la justice administrative ?
  • où se situe la légalité républicaine, dans le cadre des projets d’aménagement du territoire :
    du côté de celles et ceux qui proposent des alternatives ou bien du côté des décideurs qui ne respectent ni les injonctions de l’État, ni les décisions de la justice républicaine prises au nom du peuple français ?

La violence institutionnelle, trop souvent passée sous silence, est la matrice de l’engrenage de la violence dont Rémi Fraisse a été la victime.

Albi, le 9 novembre 2014
Pierre DEMOUGEOT – président-fondateur,
Jean-Pierre MERLO – membre-fondateur,
de feue l’association Vère Autrement


Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Nos réseaux

Version imprimable de cet article Version imprimable